Un accouchement en toute sécurité

sécurité Maison Naissance

Les Maisons de Naissance, tout comme l’accouchement à domicile, sont des alternatives à l’accouchement en milieu hospitalier encore assez peu connues. De nombreux mythes plus ou moins flatteurs circulent à leur sujets, lesquels peuvent amener de potentiels usagers à douter de la sécurité des accouchements qui s’y déroulent. 

J’entends notamment régulièrement dire que les Maisons de Naissance proposent de vivre un accouchement « non médicalisé ». Pour certaines femmes, cette mention est positive et même rassurante. Pour d’autres, elle est inquiétante, voire angoissante, et cela se comprend.

Aujourd’hui je vous propose donc de décortiquer ce qu’on entend par ce « non médicalisé », et surtout pourquoi cette mention est fausse. Je vous propose aussi de vous dérouler un accouchement type en Maison de Naissance afin de dissiper les mythes et fausses idées, en questionnant la notion de sécurité.

Pourquoi & comment la Maison de Naissance est-elle médicalisée?

Une Maison de Naissance est une offre de soin médicale. Les naissances qui s’y déroulent sont sécurisées grâce à la compétence des sages-femmes qui ont un diplôme et des expériences médicales. Pourquoi cela est-il important à préciser? Car il est bon d’en finir avec cette image d’accouchement non-assisté, et surtout parce qu’il me semble essentiel de réapproprier la connaissance de la naissance aux sages-femmes dont c’est le métier.

Après, il est aussi culturellement nécessaire d’admettre qu’une naissance n’est pas une ablation de l’appendicite, ce n’est ni un acte chirurgical, ni même médical, c’est un acte profondément naturel et intime.

En quoi donc est-ce nécessaire qu’il soit médicalisé? Car il existe des complications plus ou moins graves qui peuvent apparaitre pendant le travail ou après la naissance. Il revient donc à la sage-femme de rester vigilante, même si dans les faits, elle paraît en retrait. C’est à elle que reviennent les décisions de surveillance, voire de transfert dans certains cas.

Pendant le travail, il est surtout nécessaire de surveiller le bébé et sa capacité à supporter les contractions. Le meilleur indicateur reste ses pulsations cardiaques, qui peuvent se mesurer à l’aide d’un monitoring comme en structures traditionnelles.

Après la naissance, c’est la santé de la maman qu’il va falloir surveiller, en observant ses saignements… comme en structures traditionnelles.

Comment se passe un accouchement en Maison de Naissance?

Le suivi et la préparation

Lorsqu’on se prépare à accoucher en Maison de Naissance, on bénéficie d’un suivi global. Cela signifie que le couple connaît bien la sage-femme qui sera là le jour J et vice versa. Une confiance particulière s’est établie, la femme a eu le temps et la possibilité d’exposer ses craintes et doutes. De plus, la préparation à la naissance est axée sur la physiologie et l’empowerment. Un mot anglo-saxon qui n’a pas vraiment d’équivalent dans notre langue, qui signifie « autonomisation », mais qui veut plutôt dire « prendre le pouvoir en devant autonome », c’est donc être en capacité à comprendre et à agir librement mais en toute connaissance de cause. Ainsi les femmes sont tellement bien informées sur leur corps et la naissance qu’elles sont plus autonomes.

Lorsque le travail débute

Le jour J, lorsque le travail s’installe, la femme va prévenir sa sage-femme d’astreinte, et l’informer de l’avancé des choses. Elles décideront ensemble si la sage-femme passe au domicile faire un petit contrôle ou si elles doivent vite se retrouver à la Maison de Naissance. Lorsque le couple arrive à la Maison de Naissance, ils s’y créent un cocon rassurant. En dépliant leurs draps, en lançant leur playlist, en plongeant dans un bain et toujours avec une lumière douce tamisée… Cela peut paraitre anecdotique, mais ça ne l’est pas, il est autant nécessaire de créer des conditions de sécurité affective que de sécurité médicale pour une naissance.

Les touchers vaginaux ne sont pas systématiques, ils peuvent cependant être réalisés si la sage-femme en ressent la nécessité médicale ou si la femme en ressent le besoin. Ce qui est en revanche systématique, c’est la surveillance au monitoring. Elle n’est pas continue et les capteurs sont sans fils, laissant toute la possibilité de mouvement à la future maman. Ces tracés sont réalisés de façon professionnelle par les sages-femmes.

Lorsque la naissance approche

Lorsque le travail actif est entamé, une seconde sage-femme va faire son apparition. C’est un élément imposé par le cahier des charges de l’expérimentation et c’est un sacré luxe. En structures hospitalière, une sage-femme s’occupe en moyenne de 3 patientes. Là une seule maman aura deux sages-femmes pour veiller sur elle. Deux expertises médicales plutôt qu’une seule, c’est également une bonne façon de garantir la sécurité.

N’oublions pas qu’en cas de complications la maternité partenaire est accolée. Et même si dans l’avenir (admettons) les Maisons de Naissance extrahospitalières étaient autorisées, elles devraient forcément être à proximité d’un centre hospitalier.

L’arrivée du bébé et la surveillance postnatale

Au moment de la naissance, le monitoring va être posé en continu pour surveiller au plus près le bébé qui s’engage dans le bassin. Et une fois né, les sages-femmes sont compétentes médicalement pour tous les premiers gestes et la surveillance du nouveau-né. Les Maisons de Naissance sont équipées de kits d’aspiration et de réanimation, qui ne sont utilisés qu’en cas de nécessité.

La jeune maman devra forcément rester au moins deux heures en surveillance après la sortie du placenta. Afin de contrôler les risques d’hémorragie notamment. Au moindre doute, la femme est transférée à la maternité partenaire.

Il n’y a par conséquent aucune prise de risque. Les accouchements en Maison de Naissance ne sont donc objectivement pas moins sécurisés et sécuritaires qu’en maternité. Cela dit, si vous avez des questions sur ce sujet si central de la sécurité et de la médicalisation, n’hésitez pas à les poser à la suite de cet article.

Article écrit par Debohra

9 réflexions sur « Un accouchement en toute sécurité »

  1. Pouvoir accoucher en étant libre de s’écouter et d’écouter son bébé, entourée de personnes compétentes et bienveillantes c’est juste formidable. L’on devrait pouvoir toujours avoir ce choix. C’est une idée magnifique qui devrait perdurer.

  2. j’ai adoré la naissance de mon fils en maison de naissance.
    Tout en douceur, grâce à l’expertise des sages femmes avec qui l’on a pu entretenir une relation de confiance tout au long de ma grossesse. Et ce dans un cadre parfait, comme à la maison… pour se sentir détendue et vivre un moment magique !

  3. C’est tellement plus naturel et plus sain, pour le bébé, la maman, le couple, d’accoucher dans une maison de naissance! Ça devrait être la norme 🙂 Hâte que cela se démocratise!

  4. Naissance de mon fils le 27.11.2018 a la PHAM, deroulement dans une tres bonne ambiance, dans le respect et le calme, qui a beaucoup plus au papa !
    Merci a vous !

  5. Nous avons eu la chance de vivre la naissance de notre fille à la maison. Si nous n’avions pas pu pour cause de maternité trop éloignée, nous aurions été contents d’avoir une maison de naissance pour l’accouchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page