Accoucher en Maison de Naissance en France

Informations & Témoignages autour de l'expérimentation des accouchements en Maisons de Naissances en France.

Qualité de soins prodigués en maison de naissance

Aujourd’hui c’est Estelle une maman militante de PHAM très active dans le collectif national des maisons de naissance, qui nous décortique un peu le rapport paru le 29 novembre 2019

RAPPORT D’ÉTUDE DE L’INSERM PUBLIÉ LE 29/11/2019 – ANNE CHANTRY
http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/evaluation-des-maisons-de-naissance-en-france-premiers-resultats-1370

Qu’est-ce qu’une maison de naissance ?

Une maison de naissance est un lieu cocooning permettant aux femmes qui ont une grossesse à bas risque de bénéficier de l’accompagnement personnalisé d’une sage-femme de la grossesse aux suites de couche. 

L’accouchement se déroule dans le respect de la physiologie, dans l’intimité et la sécurité.

A retenir :

  • Elles offrent une liberté de choix aux femmes et aux parents (lieu et type d’accouchement)
  • Elles existent à l’étranger depuis 44 ans
  • En cours d’expérimentation en France – 8 lieux
  • Une demande > à l’offre

Introduction de l’étude

Un groupe de chercheurs ( Anne Chantry Priscille Sauvegrain lngele Roelens Candy Guiguet-Auclair Sophie Goyet Françoise Vendittelli ) ont analysé les chiffres des 8 Maisons de Naissance actuelles en France. Au total, 649 femmes ont été prises en charge en MDN au cours du travail pendant l’année 2018, 506 y ont effectivement accouché et 143 ont été transférées et ont accouché dans les maternités partenaires (22 %). Les critères d’éligibilité des femmes pour accoucher en MDN ont été respectés dans plus de 99 % des cas.

étude maison naissance france

Sécurité assurée 1/2

Ce n’est pas simple de comparer les chiffres issus de cette première étude sur la qualité de soins en maison de naissance puisqu’il n’existe pas d’échantillon équivalent en maternité. C’est à dire un échantillon de femme à bas risque, comme celles présentes en maison de naissance. Mais pour mettre en perspective ces chiffres, Estelle les a comparé à une étude française de 2014.

La sécurité des soins étudiée ici à partir de la comparaison avec d’autres séries en population publiées au niveau international indique des résultats encourageants. Cependant, elle reste limitée puisque seule une analyse comparant le groupe des femmes à bas risque dont l’accouchement est planifié en maison de naissance à un groupe « contrôle » de femmes à bas risques (selon les mêmes critères) et accouchant en maternités permettra de répondre définitivement à cette question.

http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/wp-content/uploads/2019/11/Rapport_Maisons-naissance_2019-1.pdf

RAPPORT DE L’INSERM PUBLIÉ LE 29 NOVEMBRE 2019 (649 FEMMES)

En France, en Maison de naissance en 2018, on constate :

  • 3% de rupture artificielle de la poche des eaux
  • 3% de césarienne
  • 6,3% d’extraction instrumentale
  • Moins de 2% d’épisiotomies
  • 6% de femmes ont accouché sur le dos

ÉTUDE DE LA DREES* PUBLIÉE LE 2 DÉCEMBRE 2014 (9530 FEMMES)

  • En France, + d’1 femme sur 2 dont la grossesse est à bas risque (52 %) a eu au moins une intervention obstétricale en 2010, notamment :
  • 24% ont eu un déclenchement du travail,
  • 10% une césarienne,
  • 15% une extraction instrumentale,
  • 20% une épisiotomie.

* direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques

étude maison naissance france

Sécurité assurée 2/2

RAPPORT DE L’INSERM PUBLIÉ LE 29 NOVEMBRE 2019 (649 FEMMES)

En France, en Maison de naissance en 2018, on constate :

  • 1,4% d’hémorragies post-partum sévères
  • 0,5% de déchirures 3e et 4e degré
  • 0,4% de ré-hospitalisation dans le mois suivant l’accouchement
  • Complications néo-natales très peu fréquentes
  • Même niveau élevé de sécurité et de salutogénèse qu’à l’international.

DÉCRYPTAGE COMPARATIF :

  • En France, en 2010, on constate :
  • 2% d’hémorragies post-partum sévères (collèges des gynécologues et obstétriciens)

Les enjeux des maisons de naissance

L’importance du partenariat avec les maternités

22% de transfert maternel pendant le travail* (population incluse dans l’étude de l’INSERM)

6% de transfert de mères et 6% de transferts de nouveau-nés dans la période post-natale*

*Chiffres du rapport de l’INSERM publié le 29 novembre 2019

La fin  de l’expérimentation

Dans un an l’expérimentation s’arrête et leur pérennisation n’est pas assurée (aucune réponse du Gouvernement). 22 000 personnes ont signé la pétition pour leur maintien.

La liberté de choix pour les femmes

Choix du lieu & du type d’accouchement ainsi que du mode de gestion de la douleur

La réponse à une forte demande

  • Près d’une femme française sur 5 (19%) souhaite un suivi et un accouchement en maison de naissance d’après IPSOS(1).
  • 90% des sondées sont favorables au développement des maisons de naissance en France

(1) femmes ayant répondu « oui, certainement » à l’enquête réalisée du 22 au 25 novembre 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 1000 femmes en âge de procréer

Conclusion

En terme d’efficacité des soins, les résultats des maisons de naissance ont montré que très peu d’interventions y étaient réalisées pendant le travail ou l’accouchement, valorisant le fait que les sages-femmes exerçant dans ces structures s’inscrivent véritablement dans la philosophie de la salutogénèse (soins de prévention ayant pour objectif de renforcer la santé et de limiter les interventions). Les résultats de cette série nationale sont très encourageants, notamment concernant la voie d’accouchement avec 90,5% de voies basses spontanées et seulement 3% de césariennes. Rapportés au contexte actuel où l’on cherche à stabiliser le taux de césariennes en France et à le diminuer dans d’autres pays, ces résultats suggèrent que les maisons de naissance pourraient représenter une des composantes de la solution globale à apporter.

http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/wp-content/uploads/2019/11/Rapport_Maisons-naissance_2019-1.pdf

Les maisons de naissance évaluées dans les pays à haut niveau de ressources ont démontré la sécurité et la salutogénèse des soins qui y sont prodigués. Cette étude montre que les maisons de naissance françaises ont des résultats comparables et en particulier : un niveau de sécurité satisfaisant et une très faible fréquence d’interventions.

Les photos sont les miennes prises à PHAM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page