Qui sommes-nous?

Mon histoire

Je m’appele Debohra. Je suis maman de trois enfants, et mon dernier a vu le jour à la maison de naissance PHAM de Bourgoin Jallieu.

L’accouchement physiologique, j’en rêvais depuis mon premier, mais je n’osais pas trop en parlé dans une époque où il est dur d’assumer de « vouloir souffrir ». Je me souviens de mon obstétricienne qui m’avait jeté mon projet de naissance à la figure. Finalement, j’ai abandonné l’idée en cours de grossesse. Pour ma seconde j’ai pensé au plateau technique, mais je ne me sentais toujours pas d’assumer ce choix qui me paraissait marginal.

Il aura fallu que je passe le cap de la trentaine, que je fasse une fausse couche et que j’attende un troisième bébé pour enfin me faire confiance. Et cette fois là, rien ne m’a découragé, au contraire c’est le papa et mes proches qui ont fini par être conquis.

La naissance a été merveilleuse, vraiment. J’ai été pleinement satisfaite. Mais en plus de m’avoir offert le plus intense moment de mon existence, cette expérience a petit à petit fait germer quelque chose de nouveau en moi. La confiance peut être, la gratitude surement, la conscience de la puissance des femmes, ça c’est certain : un mélange de sentiments très fort qui me font grandir un peu plus tous les jours. Une partie de cette énergie nouvelle j’ai voulu la consacrer aux maisons de naissance en France. Comme une juste retour finalement.

maman maison de naissance

Le projet

Ce site je l’ai imaginé comme un blog nourri de divers récits gravitant autour des maisons de naissance. J’ai invité des sages-femmes, des parents mais aussi d’autres professionnels à témoigner de leurs ressentis et expériences.

Non pas pour convaincre toutes les femmes que c’est mieux ici qu’ailleurs. ou, pour m’opposer au système en place. Mais juste pour communiquer sur cette alternative, et suffisamment bien la documenter pour que chaque femme qui le désire ait les outils pour assumer son choix.

Comme je suis investie dans le collectif de soutien de PHAM, c’est naturellement ici que j’ai reçu le plus de soutien direct. C’est la raison pour laquelle beaucoup de témoignages sont issues de ce lieu. Mais ce site a été réalisé avec l’accord des 8 maisons de naissance. Et toutes comptent y participer d’une façon ou d’une autre.

Vient se rajouter aux raisons de ce site, une notion politique, puisque ces structures sont précaires au nombre seulement de huit. Elles sont en expérimentations jusqu’en novembre 2020, sans certitude de poursuite pour l’instant… C’est donc le moment ou jamais de faire parler d’elles.

Voilà mon récit de naissance si cela vous intéresse, mais aussi le ressenti du papa, et mon retour sur cet événement un an après. Je ne vais pas les ré écrire pour ce site, j’aurais peur de saturer l’Internet de ma vie.

J’ai la chance d’être très bien entourée dans cette aventure

Amandine

Maman trentenaire de 3 enfants, dont la dernière née en maison de naissance en 2017, j’ai pris confiance en mes choix et envies au fil des naissances de mes enfants et de rencontres-clés. Cogiteuse permanente, je vis en pleine campagne, je jongle entre un boulot passionnant, des travaux, une tribu, de l’écriture et l’irrépressible envie de sans cesse immortaliser la nature.J’apporte ma contribution à ce site pour contribuer à diffuser une information diversifiée aux parents curieux d’une offre d’accouchement complémentaire au milieu hospitalier. Il est important de faciliter l’exercice de choix éclairés, à partir de témoignages encourageants, d’interviews de professionnels, d’informations aux sources vérifiées et d’échanges

Mathilde

Maman de quatre enfants, auteure à mes heures perdues, je suis fascinée par les récits d’accouchement. Ils racontent la naissance, ou bien la métamorphose, d’une mère, d’un père ; ils racontent l’amour, la force, la puissance de la femme – j’aimerais trouver un autre mot, quelque chose qui relève à la fois de l’endurance de la marathonienne, de la force brute de l’haltérophile, de l’énergie créatrice de la sorcière, de la combativité d’une divinité guerrière, mais j’ai beau chercher, je ne trouve pas de mot qui résume ce Big Bang de l’accouchement – ils placent la femme dans une lignée, dans une généalogie; ils racontent un passage (rite de passage, passage de relais, passage de la ligne d’arrivée) et retracent un cheminement, une fin et un commencement.

J’ai moi aussi mes récits d’accouchement. Ma belle lurette est née dans une clinique parisienne. Joyeux luron a vu le jour à la maison, dans notre appartement de Montréal. Et nos deux larrons en foire, sont nés, l’un en clinique, l’autre à la maison de naissance de Bourgoin-Jallieu.

Quatre suivis de grossesse dans des circonstances et des lieux très éloignés, quatre accouchements physiologiques qui m’ont, chacun à leur façon, bouleversée, épanouie, rendue plus forte et plus confiante. Ces quatre expériences m’ont convaincue qu’il est grand temps de redonner à la femme le choix. Le choix du lieu, le choix des circonstances, le choix des personnes, le choix des mots qui accompagneront son accouchement. C’est pour faire connaître les différentes alternatives qui s’offrent aux couples et pour déconstruire les idées reçues que je m’engage dans ce projet.

Merci

MERCI à Marine pour la gestion des réseaux sociaux, elle est d’une aide redoutable. Maman d’un bébé, elle fait aussi partie du collectif de soutien de PHAM à Bourgoin Jallieu et vous pouvez la suivre sur son blog Ceci est un journal intime. Et le lien direct vers son récit d’accouchement si c’est cela que vous cherchez.

MERCI à Noémie de Minoé qui nous a offert la superbe illustration en tête et le logo pour les réseaux sociaux.

MERCI à l’association Premières Heures Au Monde qui a payé l’hébergement de ce site

Merci à Mathilde qui relit vos témoignages et les corrige.

Un grand MERCI pour les témoignages déjà récoltés mais aussi pour votre enthousiasme et votre soutien

Revenir en haut de page